SUSPENSION DU CAPITAL-MONDE PAR LA PRODUCTION DE LA JOUISSANCE
SUSPENSION DU CAPITAL-MONDE
PAR LA PRODUCTION DE LA JOUISSANCE
Marx entre Aristote et la phénoménologie

THÈSE
Pour obtenir le grade de

DOCTEUR EN PHILOSOPHIE

Présentée et soutenue publiquement
par
Alessandro TREVINI BELLINI

le 19 Novembre 2011 à 14h00

à l'Université Paris Ouest La Défense - Bâtiment A - Salle 302


Suspension du Capital-Monde par la production de la jouissance
Marx entre Aristote et la phénoménologie

La « suspension du Capital-Monde par la production de la jouissance » annonce quelque chose qui tient à l'ordre du politique, et qui concerne pleinement la pensée de Marx. Comme notre sous-titre l'indique, il s'agit de saisir le sens du capital comme « Capital-Monde » grâce à la phénoménologie, et de penser la production comme « production de la jouissance » grâce à la pensée de la praxis offerte par Aristote. Nous acceptons donc le défi d'une lecture de l'oeuvre de Marx qui soit capable de le libérer à la fois du marxisme et de l'horizon de la philosophie moderne, afin d'en déceler l'ontologie à l'oeuvre dès les écrits de jeunesse. Ainsi, nous chercherons à thématiser le problème de la domination du capital, car Marx n'a pas fini de nous apprendre à analyser l'essence du capitalisme et de nous montrer dans quelle direction nous tourner pour tenter de produire autrement, c'est-à-dire pour agir librement et jouir de nos oeuvres. À partir du débat sur le jeune Marx, nous nous livrerons à une sorte de généalogie de la constitution de son ontologie. Ce parcours, semé d'impasses, occupera presque tout le reste de notre travail. Dans cette perspective, notre problème consistera d'abord à saisir le « dispositif logique » des Manuscrits de 44, pour montrer qu'en tant que eidétique matérielle, il permet de comprendre la formalité qui fondera ensuite Das Kapital. Notre tâche consistera en même temps à saisir la notion marxienne d'activation, pour montrer qu'en tant que praxis constitutive elle rend possible la suspension de la totalité des conditions philosophiques de fonctionnement du Capital-Monde.


Suspension of the World-Capital by enjoyment production
Marx between Aristotle and phenomenology

The “suspension of the World–Capital by enjoyment production” announces something which belongs to the political order, and which fully concerns Marx’s thinking. As the subtitle indicates it aims to grasp the meaning of capital as “World Capital” thanks to the phenomenology, and to think about production as an “enjoyment production”, thanks to the praxis given by Aristotle. We therefore accept the challenge of a reading of Marx’s work, liberated both from Marxism and the modern philosophy horizon, in order to reveal the ontology at work since his early writings. In this respect, we will try to topicalise the issue of the domination of capital. Indeed, Marx did not finish to teach us how to analyse the essence of capitalism and to show us in which direction to take in order to produce differently i.e. to act freely and enjoy our works. Starting from the debate on the young Marx, we will indulge in a sort of genealogy of the constitution of his ontology. This road, full of deadlocks and blind-alleys, represents the main part of our work. In this context, our problem consists mainly in grasping the “logic device” of the 44 manuscripts in order to show that as an eidetic material it permits to understand the formality which will then found Das Kapital. Our duty will consist at the same time to seize the Marxian notion of activation in order to show that as a constitutive praxis, this notion makes possible the suspension of the totality of the functioning philosophical conditions of the World-Capital.
Séminaire de recherche ITUS en philosophie et épistémologie Le 9 décembre 2011 de 9H00-13H00 Amphi Est – Bâtiment des Humanités INSA de Lyon Thème : Hétérogénéités non standards ? Sous la responsabilité scientifique d'Anne-Françoise Schmid ; ? Suite à la
Séminaire de recherche ITUS en philosophie et épistémologie
Le 9 décembre 2011 de 9H00-13H00
Amphi Est – Bâtiment des Humanités INSA de Lyon
Thème : Hétérogénéités non standards
? Sous la responsabilité scientifique d'Anne-Françoise Schmid ;
? Suite à la soutenance de thèse de Léo Coutellec le 8 décembre 2011, sur « Conditions et portées d'une intégrité épistémique et éthique des sciences » ;
? Et en collaboration avec l’Université Libre de Bruxelles et le centre INRA de Jouy-en-Josas1.
Présentation :
On ne remarque pas assez que les types d’hétérogénéités que l’on rencontre en sciences sont en train de changer de nature, parce qu’ils ne sont plus réductibles aux disciplines ou à leur conjonction. L’un des symptômes de cette situation est l’apparition partout d’indicateurs, qui à la fois introduisent l’hétérogène dans la vie quotidienne, mais en même temps le réduisent à des chiffres. Nous allons examiner les conséquences de ces hétérogénéités dans la philosophie et l’épistémologie, avec leur mise en œuvre dans un centre de recherches et dans un comité consultatif de bioéthique. Les points principaux de l’argumentation seront les suivants :
1) Lesnouveauxobjetsdelascience
2) Lesnouvelleslogiquesd’interdisciplinarité 3) Quelle éthique pour ces objets ?
4) Hétérogénéitéetphilosophienon-standard
1 Le groupe de recherche se rencontre trois fois par année durant trois ans en alternant les lieux, autour des thèmes Hétérogénéité, Interdiscipline et Ethique technologique.
?
Déroulement :
9H00-9H15 : Introduction
9H15-10H00 : Anne-Françoise Schmid (INSA-ITUS) : Quelle épistémologie pour les hétérogénéités non-standards ?
10H15-10H45 : Muriel Mambrini-Doudet (INRA), Quelques réflexions sur l’interdisciplinarité dans un centre de recherche.
10H45-11H15 : Marie-Geneviève Pinsart (ULB), Quelques considérations sur l’hétérogénéité dans la réflexion d’un comité consultatif de bioéthique.
11H00-11H45 : François Laruelle (Université de Paris Ouest Nanterre), Hétérogénéité et philosophie non-standard, la question des matrices.
11H45-12H15 : Léo Coutellec (INSA-ITUS), Comment garantir l’intégrité et la robustesse des sciences devant l’hétérogène non-standard ?
12H15-13H00 : Discussion générale
Présentation des intervenants :
Anne-Françoise Schmid est philosophe et épistémologue à l'INSA de Lyon. Elle est notamment l'auteure de L'âge de l'épistémologie (1998) et de Que peut la philosophie des sciences ? (2001). Elle est responsable de l'axe Ingénierie au sein de l'équipe de recherche ITUS-EVS. Elle collabore régulièrement avec l'école des Mines de Paris et le Centre INRA de Jouy- en-Josas. Elle est membre associé du Laboratoire d'Histoire des Sciences et de Philosophie, Archives Poincaré.
Muriel Mambrini-Doudet est biologiste, généticienne des poissons à l'INRA. Actuellement, elle est présidente du centre INRA de Jouy-en-Josas. De 2007 à 2011, elle a coordonné un projet de recherche interdisciplinaire sur les poissons génétiquement modifiés (ANR-OGM Dogmatis).
Marie-Geneviève Pinsart est philosophe à l'Université Libre de Bruxelles. Elle est notamment l'auteure de La bioéthique (2009). Elle est membre du CRIB (Centre de Recherche Interdisciplinaire en Bioéthique). Elle est l'actuelle présidente du Comité consultatif de Bioéthique de Belgique.
François Laruelle est philosophe, professeur émérite de l'Université de Paris Ouest La Défense. Il est l'auteur d'une œuvre considérable en philosophie contemporaine et inventeur du concept de non-philosophie. Plusieurs livres ont été écrit sur son œuvre. Dernièrement, il a publié Introduction aux sciences génériques (2008) et Philosophie Non-Standard (2010).
Léo Coutellec est doctorant en éthique et épistémologie à l'INSA de Lyon. Le 8 décembre 2011, il soutiendra sa thèse en philosophie des sciences intitulée « Conditions et portées d'une intégrité épistémique et éthique des sciences. Éclairages à partir de la question des poissons génétiquement modifiés », sous la direction d'Anne-Françoise Schmid.
Appel à contributions : Traduction, une dernière fidélité
Pour son troisième numéro, la revue Philo-fictions est à la recherche de contributions théorisant les multiples configurations entre traduction, philosophie et non-philosophie. Ces contributions pourront porter notamment sur :

1) Les diverses modes d'appropriation de la traduction par la philosophie (en particulier dans ses usages déconstructionnistes et post-analytiques)

2) La non-philosophie comme traduction générique de la philosophie

3) Les problèmes de traduction posés par le « texte » non-philosophique et les conditions générales de la traductibilité de la non-philosophie

4) La réception de la non-philosophie hors de France et les formes que prennent à la fois la résistance à la non-philosophie et son accueil

5) Les formes de modélisation non-philosophique du traduire et les pratiques inédites que ces formes génèrent dans les domaines aussi divers que l'épistemologie, la logique, l'esthétique et l'éthique

6) Des exemples (éventuellement accompagnés de commentaires) de traductions de textes non-philosophiques ou bien de traductions(-fictions) d'autres textes effectuées selon les principes de la non-philosophie

7) L'analyse critique de traductions déjà existantes de la non-philosophie

8) L'élaboration d'outils facilitant la traduction de la non-philosophie comme des dictionnaires ou des lexiques bi-multilingues

9) Les conditions de l'organisation de la traduction de la non-philosophie : par exemple, faut-il standardiser la terminologie non-philosophique ?

Veuillez envoyer vos contributions en français et en anglais (.doc) à philofictions@onphi.org au plus tard le 30 octobre 2010.

La sortie du numéro est prévue pour janvier 2011
Philo-fictions, la revue des non-philosophies
Le second numéro de la revue « Philo-fictions, la revue des non-philosophies » vient de paraître.

Le titre de ce second volume est : Fiction, une nouvelle rigueur.

Vous pouvez le commander au format papier ou PDF sur le site Philo-Fictions.
Introduction aux sciences génériques
François Laruelle, Introduction aux sciences génériques, Paris, Pétra, septembre 2008

"Le terme de "générique" a toujours fait entendre d'autres nuances que philosophiques, il a même servi à renouveler voire à renverser la philosophie. Il s'oppose selon les cas à général et à universel, à glmobal et à particulier, à total et à singulier. Sa nouvelle jeunesse est dans la phénoménologie de la vie courante, quelconque, moyenne et ordinaire, dans la pratique réelle du "métissage des connaissances. Il cherche à se faire une place dans le commerce des biens de consommation, dans la production épistémologique des savoirs, et pas seulement à travailler à la marge de l'ontologie.

Plus d'informations :
Introduction aux sciences génériques
Qu'est-ce que vivre ? Renonciation et accomplissement
Patrice Guillamaud, Qu'est-ce que vivre ?, L'Harmattan, Paris, avril 2008.

Il y a une différence essentielle entre la vie et l'existence. Si la réussite relève de l'existence, à savoir de la superficialité consciente et dérisoire de la vie, l'accomplissement relève au contraire de la vie en tant que vie à savoir de la profondeur vitale. Mais quelle est l'essence même de cette profondeur ? Il s'agit ici de montrer que par essence, la profondeur concrète de la vie est une spontanéité affective entendue comme non-liberté ou renonciation.

Plus d'informations :
Qu'est-ce que vivre ?
Accueil - Fondateur - Abrégé - Ouvrages - Forum - Liens